l\'indigné

Le sable - Enquête sur une disparition

 

 

 
 
Ce que nous voulons attaquer c'est le discours dominant qui explique que les causes de la crise actuelle sont à chercher dans le mauvais capitalisme financier. Nous pensons que la crise financière n'est qu'un symptôme d'une maladie plus profonde et qu'il s'agit en fait d'une crise du capitalisme lui-même. Ses conséquences seront certainement terribles mais ce sera peut-être aussi l'occasion de remettre en cause le capitalisme dans ses fondements mêmes.
 
 

 
 Batailles pour l'énergie - Le Monde diplomatique : « Prix du pétrole, pénuries électriques, ruée sur les ressources renouvelables, géopolitique des gazoducs ( Pétrole et gaz de schiste,...une guerre pour 2012 : « Un documentaire:Le grand Monopoly du gaz - )... Comprendre le grand jeu de l'énergie dont dépend notre avenir implique une démarche volontariste : on s'arrête, on réfléchit. Et ce n'est pas triste. Catalyseur de la course économique, l'exploitation de ces ressources a engendré une industrie elle-même mondialisée, modelée par les intérêts conjoints du capitalisme et des Etats. La rente y côtoie le marché ; la politique favorise les stratégies de puissance au dépens de l'intérêt des peuples. Et, dans l'ombre des cathédrales industrielles, le spectre de la guerre emboîte le pas à Prométhée. Aux XIXe siècle, le « grand jeu » désignait la sourde lutte que se livraient les empires russe et britannique pour la suprématie en Asie centrale. Depuis la désintégration de l'URSS en 1991, un nouveau « grand jeu » déploie son échiquier et ses pions en forme de tubes.
 
 Ses enjeux ? Le gaz et le pétrole. Ses protagonistes — Etats-Unis, Russie, Union européenne, Chine, Japon — se débattent dans un enchevêtrement d'intérêts commerciaux et de rivalités stratégiques. » III Consommation et reconvention  « Plus, mieux, ou autrement ? Depuis la première crise pétrolière, des voix questionnent l'avenir d'un mode de développement qui brûle toujours plus d'énergie. Hier marginaux, les écologistes ont gagné en audience. Au « toujours plus », les uns opposent un « consommer mieux » ; les autres, un modèle économique différent. Tous peinent à transformer leurs idées en puissance politique appuyée sur des forces sociales. » voir 
 

 



 
Le sable - Enquête sur une disparition
source arte

Le sable - Enquête sur une disparition - YouTube

 

ARTE F
France, 2013, 74mn)

 

Le sable, enquête sur une disparition

France / <:time datetime="2013-05-28" nodeindex="2">28.05.2013 / Europe

A la fin du XXIème siècle, toutes les plages auront disparu. Tel est le constat alarmant que posent de nombreux scientifiques et ONG.  Le sable, enquête sur une disparition, diffusé ce mardi 28 mai à 20h50 sur Arte, est un eco-thriller d’investigation  qui révèle une bataille méconnue que se livrent entrepreneurs, contrebandiers, écologistes, politiques et populations locales : l’exploitation du sable.

« Le sable est ce que j’appelle le héros invisible de notre époque ». Tels sont les mots du célèbre géologue américain Michael Welland pour illustrer le caractère essentiel que représente le sable dans nos vies quotidiennes. Et c’est au fil de cet éco-thriller d’investigation que l’on se rend compte de la justesse de ces propos. Ce sable qui fait le bonheur des vacanciers des stations balnéaires  du monde entier parait inépuisable, voire « éternel » mais dans les faits, il n’en est rien…

 

Le sable : une ressource vitale pour nos sociétés.

Et pour cause… Deuxième ressource naturelle la plus utilisée au monde après l’eau, le sable se révèle être pour nos sociétés ce que l’air est à nos poumons. Il suffit d’observer notre monde quotidien pour s’en apercevoir. Immeubles, ordinateurs, cartes bancaires, cosmétiques, téléphones mobiles sont des exemples probants d’une liste non exhaustive de produits pour lesquels le sable est indispensable. A tel point qu’il n’est pas exagéré de dire que celui-ci constitue « une ressource vitale » pour nos économies modernes.

 

Une surexploitation aux conséquences sociales et environnementales désastreuses

Mais l’on découvre dans ce documentaire que l’exploitation à outrance de cette ressource essentielle  est en passe d’entrainer sa disparition. Pas un seul jour ne se passe sans que des plages de toute la planète disparaissent, entrainant l’engloutissement par les eaux d’îles entières qui voient leurs habitants contraints de tout abandonner pour aller vivre ailleurs une vie de misère.

 

Pas un seul jour ne se passe sans que des espèces marines soient menacées par la disparition de leur lieu de vie, le sable du fond des mers ; ceci, pour le plus grand malheur de l’économie de la pêche locale.  Pas un seul jour ne sans que des milliers  d’Indiens soient enrôlés de force par des « mafias du sable »  afin d’extraire cette ressource des rivières et des côtes de ce sous-continent. La liste des méfaits de la surexploitation du sable est encore longue et peu réjouissante. Et l’on voit ici que ceux-ci engendrent une spirale de conséquences tant environnementales que sociales.

 

Un cri d’alarme pour une prise de conscience

 

Comme beaucoup d’autres, ce film est un cri d’alarme, un témoignage singulier de la réalité du « terrain sablé » de notre planète. Heureusement, ceux-ci ont des réponses positives auprès de la société civile. Des solutions contre cette impasse écologique apparaissent déjà. C’est aussi cette réalité là que les téléspectateurs découvriront non sans soulagement à la vue de ce film.

 

On espère que celui-ci gagnera son pari : informer, et peut-être nous amener à nous poser la bonne question : « Quand allons-nous adapter notre mode de vie humain aux processus naturels ? » dixit M. Welland.

 

Il faut se hâter pour apporter une réponse. Car l’écosystème lui, s’effondre plus vite que nos « châteaux de sable »… C’est le temps de l’action !

 

Mathieu Viviani

 

 

source Blog skyrock ( un de mes blog)

 

 

 

Le sable - Enquête sur une disparition

 



30/05/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres